Les Cahiers Saulnier

A paraître : Littérature et arts visuels à la renaissance, sous la direction de Luisa Capodieci, Paul-Victor Desarbres, Adeline Desbois-Ientile et Adeline Lionetto, Paris, Sorbonne Université Presses, Cahier Saulnier n°37, 2021.

Sujets des mêmes princes, auteurs et artistes de la Renaissance se côtoient au sein des cours, et s’influencent. Une anecdote fait ainsi de Ronsard l’inspirateur de l’architecte du Louvre sous Henri II, Pierre Lescot. Le présent ouvrage se propose de traquer les relations effectives d’influence et d’émulation réciproques entre la littérature et les arts visuels en prenant en considération la sociabilité existant entre auteurs et artistes contemporains et en donnant la parole à des spécialistes de littérature et d’histoire de l’art.

L’ouvrage construit ainsi un dialogue interdisciplinaire et fructueux qui, sans négliger la peinture, la sculpture et l’architecture, explore aussi d’autres champs artistiques et supports matériels essentiels à la Renaissance : la tapisserie, la miniature, la cartographie. Il propose autant que possible une vision concrète des liens entre artistes et hommes de lettres, parfois plus supposés qu’étayés, sur des auteurs souvent peu abordés dans ce sens ou quasi inconnus, de façon à repenser à nouveaux frais les formes variées que prennent les liens entre texte et image en France à la Renaissance.


A paraître : LE MANUSCRIT LITTÉRAIRE À LA RENAISSANCE, sous la direction de Frank Lestringant et Olivier Millet, Paris, Sorbonne Université Presses, Cahier Saulnier n°37, 2021.

Parallèlement à la diffusion de la littérature au moyen du livre imprimé, le manuscrit continue de jouer un rôle important dans la création et la vie littéraires du XVIe siècle français. Il est rarement conservé une fois qu’une œuvre est imprimée, mais le support manuscrit, quand il subsiste (que l’œuvre ait été publiée ou non), éclaire l’élaboration des œuvres, leur diffusion et leur histoire éditoriale. Il est en effet souvent significatif de la sociologie des auteurs et des milieux littéraires – rôle des secrétaires, circulation manuscrite et sociabilité littéraire des milieux, œuvres collectives –, et il contribue à l’histoire de l’écriture et du livre imprimé ainsi qu’à celle des idées et de la censure.

Ce volume met en valeur, sur ces différents plans, les apports, pour l’histoire littéraire et pour la poétique des textes, du statut et du rôle du texte manuscrit dans la littérature française au cours d’un long XVIe siècle. Il privilégie les contributions significatives par leur caractère méthodologique, leur dimension interdisciplinaire et le statut exemplaire des cas retenus.


La Chanson d’actualité, de Louis XII à Henri IV, sous la direction de Nahéma Khattabi, Olivier Millet, Alice Tacaille et Jean Vignes, Paris, Sorbonne Université Presses, Cahier Saulnier n°36, 2021.

Plus d’un siècle après les travaux pionniers d’Auguste Le Roux de Lincy et d’Émile Picot sur les « chants historiques », au moment où les sources premières deviennent plus accessibles, les études littéraires, historiques et musicologiques joignent, dans ce volume, leurs forces pour renouveler le regard sur la chanson dite d’actualité. Dès le début du XVIe siècle, à travers de minces plaquettes gothiques, des soldats, des aventuriers, des clercs, de simples bourgeois témoignent par des chansons des conflits qui les divisent. Textes aux airs bien souvent perdus, inscrits en profondeur dans l’histoire de leur temps, leurs chansons participent à l’œuvre de propagande des parti(e)s en présence au fil des conflits qui agitent le siècle. Elles rassemblent aussi des communautés, notamment dans la commémoration des événements et des figures qu’elles illustrent.

Les contributions de ce volume se consacrent aux supports et aux sources qui nous donnent accès à ces airs et à ces textes (chansonniers, paroliers, placards, minutes de procès, etc.), et elles en montrent toute la diversité générique et formelle : chansons historiques, chansons spirituelles, chansons à boire…  Elles visent à définir la poétique du genre (si genre il y a), sans oublier ce que ces textes nous disent de leur réception et de leur diffusion. L’investigation porte aussi sur le statut de la vérité, sur l’utilisation de la rumeur et d’une rhétorique propagandiste, car les nouvelles véhiculées dans ces chansons, comme dans d’autres textes d’actualité, sont le fait d’auteurs, parfois anonymes, qui peuvent prendre fait et cause pour un parti ou une idée, notamment dans le cadre des guerres de Religion. Le dialogue des différentes disciplines sollicitées aide à cerner les codes qui régissent ces chansons, à dégager leurs spécificités textuelles et musicales, mais aussi à les réinscrire au plus près de leur contexte historique et à saisir leur influence et leurs modalités d’action.

Table des matières :

Frank Lestringant, Chansons de toujours (en guise de prélude)

Marion Pouspin, Les chansons d’actualité mises en livrets gothiques. Formes, matérialité, enjeux

Adeline Lionetto, « Des nouvelles de delà les monts ». Les chansons d’actualité des plaquettes et recueils gothiques de l’officine À l’Écu de France (atelier des Trepperel et d’Alain Lotrian)

Robert Bouthillier et Eva Guillorel, La prise de Rome de 1527 dans la chanson populaire (16e-21e siècle)

Sophie Astier, Chansons et récits de bataille dans quelques occasionnels de la fin du règne de François Ier

Laurent Vissière, La chanson d’aventurier

Tatiana Debbagi Baranova, Chansons : lieux de mémoire et enjeux d’actualité pendant la première décennie du règne d’Henri III (1574-1584)

Jelle Koopmans, Merck Toch Hoe Sterck : les « chansons des gueux » aux Pays-Bas

Pierre Tenne, Les Cantiques dechantees de Pierre Doré : un recueil pionnier dans l’histoire du chant catholique ?

Gilbert Schrenck, Le chant de l’actualité dans le Recueil poétique (Ms. français 22565 de la BnF) de François Rasse des Neux

Stéphane Partiot, L’éloge de la paix dans les recueils de chansons sans musique publiés par les libraires-imprimeurs Rigaud et Bonfons (1548-1601)

Isabelle His, Henri IV et le duc de Parme: un air pour le siège de 1592?

Melinda Latour, Chanter les assassinats d’Henri III et d’Henri IV : commémorer ou moraliser ?

Anne-Gaëlle Leterrier-Gagliano, Pleurer l’assassinat des Guises : la poétique des chansons comparée à celles des autres poèmes funéraires de circonstance

Julien Goeury, La réception de l’« Ode sur les misères des Églises françoises » d’Antoine de Chandieu : construction imaginaire et réalités historiques

Jean Vignes, Conclusions

Nahéma Khattabi, Alice Tacaille et Jean Vignes, Notes de programme


LE MÉPRIS DE LA COUR. La littérature anti-aulique en Europe (XVIe-XVIIe siècles), sous la direction d’Alexandre Tarrête, Marie-Claire Thomine-BicharD et Nathalie Peyrebonne,Paris, Sorbonne Université Presses, Cahier Saulnier n°35, 2018.

Confrontés à l’émergence de la société de cour, telle que Norbert Élias l’a analysée, les auteurs hésitent entre fascination et dénonciation. Avec ironie et parfois cynisme, la poésie, les narrations, le théâtre dépeignent à la fois les attraits et les dangers de la vie curiale. À côté des traités qui enseignent comment réussir dans le monde, de Castiglione à Gracián, fleurit aussi une littérature du refus ou de la satire, qui vilipende les valeurs de la cour, fait l’éloge de la retraite ou appelle à la révolte. Bien des œuvres sont traversées par ces postulations contradictoires, hésitant entre la recherche d’une morale adaptée aux contraintes sociales et la tentation de la fuite loin des cours corrompues et corruptrices. La publication en Espagne de l’ouvrage d’Antonio de Guevara, le Mespris de la cour et l’éloge de la vie rustique (1539), puis ses traductions à travers toute l’Europe, ont cristallisé un thème déjà très vivant dans la littérature antique puis médiévale : celui de la satire du milieu urbain, des sphères du pouvoir et de la cour, conjuguée à l’éloge d’une vie simple, « médiocre » et rustique. Cette topique morale et politique traverse ensuite toute la littérature et la philosophie politique, de la Renaissance à l’Âge classique.


ÎLES ET INSULAIRES (XVIE-XVIIIE SIÈCLE), sous la direction de Frank Lestringant et Alexandre Tarrête, Paris, PUPS, Cahier Saulnier n°35, 2017.

Depuis l’Antiquité, les îles ont été abondamment décrites et cartographiées. Au XVe siècle, grâce au Liber Insularum Arcipelagi de Christophe Buondelmonti, les îles de l’archipel grec deviennent le modèle que l’on retrouve plus tard chez François Rabelais, et deux siècles après encore chez Jonathan Swift. À partir de cet ouvrage, maintes fois recopié, varié, glosé, se développe un genre, l’Isolario, ou « Insulaire », c’est-à-dire la collection d’îles, ou l’atlas d’îles, dont les exemples se multiplient jusqu’au XVIIIe siècle, tantôt manuscrits et tantôt imprimés, en Italie d’abord, puis dans tous les pays d’Europe, de l’Espagne à la Hollande.

L’un des Insulaires les plus connus est celui du cosmographe André Thevet, élaboré vers 1586 et demeuré inachevé, riche de quelque trois cents cartes d’îles et étendu à toutes les mers du globe. Parallèlement, l’attention continue de se porter sur Lucien de Samosate dont l’Histoire vraie n’en finit pas d’être relue, pour alimenter les voyages de Pantagruel, puis ceux de Gulliver.

Ces études sur l’Insulaire, autrement dit les divers avatars d’un archipel universel en constante expansion, esquissent une réflexion sur la diversité non seulement des formes du savoir géographique, mais plus généralement des formes littéraires, histoire, encyclopédies, dictionnaires, récits de voyage, fictions viatiques ou poésie.


Paris, carrefour culturel autour de 1500, sous la direction d’Olivier Millet et Luigi-Alberto Sanchi, Paris, PUPS, Cahier Saulnier n°34, 2016.

Au temps des guerres d’Italie, Paris fait figure de creuset européen des courants humanistes, comme en témoigne la présence précoce d’Érasme. Qu’ils soient diplomates ou professeurs, imprimeurs ou mécènes, Grecs, Italiens, Flamands, Français ou Espagnols convergent autour de la Sorbonne et des collèges parisiens, mais aussi de la cour. Dans ce contexte international, la capitale du royaume assume un grand rôle intellectuel et littéraire et voit éclore les germes d’une nouvelle culture, grâce à ses élites et à l’apport des nombreux étrangers qui s’y installent ou y séjournent.

Paris forme ainsi l’unité de lieu dont les chapitres de ce volume éclairent les diverses facettes : du rôle de l’Université à celui des réseaux d’amitié liant les différents courants, de l’apport des copistes grecs à celui des imprimeurs humanistes, de la production littéraire en latin à celle en français, du débat autour de la langue hébraïque aux premiers ferments de la Réforme luthérienne. Autant de témoignages essentiels pour saisir la richesse des pistes qui se croisent dans ce carrefour culturel depuis l’automne du Moyen Âge jusqu’à la fondation du Collège de France en 1530.