Categories
Qui sommes-nous ?

Association V.L. Saulnier

L’Association V. L. Saulnier a été fondée en 1986 pour favoriser le rayonnement des travaux du « Centre de recherche sur la création littéraire en France au XVIe siècle » (Centre Saulnier, EA 2578) aujourd’hui intégré au sein du CELLF 16-18 (UMR 8599 du CNRS).

Elle favorise les études sur la vie culturelle, littéraire, philosophique et religieuse à la Renaissance, en France et en Europe. Elle contribue chaque année à l’organisation d’un colloque sur cette période au printemps et à la publication de ses actes dans la série des Cahiers V. L. Saulnier publiée par Sorbonne Université Presses.

Elle propose par ailleurs des conférences, des manifestations culturelles ou des journées d’étude qui permettent à des chercheurs d’exposer des travaux récents ou des chantiers en cours, parfois de faire le point sur une question liée au programme d’agrégation ou des classes préparatoires.

Pilotée par un Conseil d’Administration élu, l’Association est actuellement présidée par Jean-Charles Monferran, qui a succédé à Olivier Millet, Isabelle Pantin et Nicole Cazauran.

Quelques mots de Frank Lestringant au sujet de V. L. Saulnier : 

V. L. Saulnier (1916-1980)

Né l’année de Verdun et d’origine lyonnaise, puis monté à Paris, le Professeur V.L. Saulnier habitait rue Gay-Lussac, non loin de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm où il avait achevé ses études. Élu professeur de littérature française du XVIe siècle à la Sorbonne, où il exerça une trentaine d’années, il a formé des générations de seiziémistes, jusqu’à sa mort brutale survenue le 29 septembre 19801. C’est au printemps de cette même année qu’avait été créée la Société française des seiziémistes, l’actuelle SFDES, dont il fut le premier président.

Ses travaux ont porté principalement sur Maurice Scève, qui fut l’objet de sa thèse, mais aussi sur le théâtre profane de Marguerite de Navarre et sur Rabelais. Loin d’être enfermé dans un siècle, il avait aussi exploré le début du XIXe siècle, s’intéressant aux Destinées d’Alfred de Vigny, et plus tard aux Contrerimes de Paul-Jean Toulet.